Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIENS

 

MERAKERALA

blog bilingue sur les cultures et la vie quotidienne du sud de l'Inde

 

AURORESTAIGER.COM

mon site pro !

LES VOYAGES DE GEOTROTTER

 

> NEW DELHI

> AMRITSAR

> DARAMSALA

> ISTANBUL

> LA RÉUNION

> CROATIE

> AUVERGNE

26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 21:39

 

(c'est la région orange sur la carte)

  Lien Montérégie…  

 

           Le départ de Longueil se fit dans la bonne humeur malgré le temps maussade... d'ailleurs, nous n'avons pas perdu notre temps : en quelques instants, nous étions sorties de cette zone urbaine via le boulevard Taschereau (un boulevard chez les québécois ressemble étrangement à une autoroute de chez nous...), et roulions tranquillement sur une piste cyclable coupant les bois, terrains vagues et rares lotissements jusqu'à Chambly

(la piste cyclable entre Longueil et Chambly)

 

 

 

Chambly compte un peu plus de 20 000 habitants. Cette ville s'est établie autour du fort construit en 1665, et s'est développée grâce à la construction du canal en 1843 pour la navigation commerciale, qui accueille de nos jours des bateaux de plaisance.

            Alors que nous étions posées sur le parvis de l'église de Chambly et que les environs étaient quasi déserts, un homme sortit de l'édifice : c'était Serge, l'organiste de la paroisse, et il nous proposa de passer la nuit chez lui...Nous avons fait la connaissance de sa femme Monique, et de son fils Francis... eux ayant autant de questions à nous poser, nous françaises, que nous à eux, québécois.  

(La famille Goyette et nous deux )        
       Nous les avons quittés le lendemain avec tristesse, sentiment partagé avec une immense joie d'avoir pu faire une telle rencontre... Nous avons longé la 112 jusqu'à Marieville, puis nous avons suivi la piste cyclable qui coupe à travers champs jusqu'à Rougemont où les cisterciens refusèrent de nous aider (ce sont des reclus) ; il a fallu planter la tente dans l'un des deux campings des environs, qui ressemble plus à un village de vacances qu'à un camping; d'ailleurs nous étions la seule tente !

(Notre demeure au camping de Rougemont)

Rougemont compte seulement 2 600 habitants, mais cette petite ville est très connue au Québec : c'est la capitale de la pomme. On ne compte plus le nombre de cidreries et de lieux de dégustation, sans parler des vergers à perte de vue ! c'est une véritable industrie qui fait vivre cet endroit, et l'on ne peut manquer d'apercevoir les nombreuses remorques de camions alignées les unes à côté des autres, peintes des logos des grandes chaînes de boissons distribuées dans tout le pays.

 

 

 

            (les remorques destinées au transport de fruits)  


(Les vergers autour de Rougemont)

       Nous avons repris la piste cyclable assez tôt le lendemain... celle-ci longe à peu près la 112, en coupant parfois en ligne droite. Nous traversons les municipalités de Saint-Césaire et de Saint-Paul-d'Abbotsford dont il nous est impossible d'identifer les centres-ville parmi le paysage : c'est le cas de la plupart des villes du Québec : il ne s'agit que de regroupement administratifs de maisons   éparpillées un peu partout, sans véritable noyau dur.  Notons cependant que pour cette dernière, on pouvait deviner une densité à peine plus élevée des maisons, autour de la route 112 et du terrain de sports et jeux où nous avons pique-niqué, mais pas vu l'ombre d'un chat, excepté les rares cyclistes qui traçaient tout droit ! cette « forme de ville » devait sans doute s'expliquer par la proximité d'un relief unique et usé, le Mont Yamaska.

 

                                                        (Le Mont Yamaska)

 

 

 

                 Nous poursuivons la « Route Verte » jusqu'à la prochaine ville : Granby, à la frontière entre les régions de la Montérégie et de l'Estrie. Il faisait une chaleur à faire cuire un oeuf, avec un fond d'humidité qui alourdissait l'air, mais ce n'était rien comparé au fléau des graviers : le chemin était recouvert depuis notre départ de Chambly de « poussière de roche », soit d'une couche de minuscules graviers. Cette surface ne pose normalement aucun problème et les cyclistes s'en contentent, mais les sociétés d'entretient des routes de la région ont dû vider leur excédent de graviers sur cette portion, sur plusieurs kilomètres, et nous ne pouvions que nous enfoncer sous le poids du chargement... Nous avons été contraintes de continuer à pieds... Pourtant, nous étions toujours de bonne humeur ; ce ne sont pas de malheureux petits cailloux qui nous impressionneront !!!  (La piste en « poussière de roche »)

Granby dénombre presque 57 000 âmes, c'est la seconde ville d'Estrie après Sherbrooke. Elle doit son nom au commandant suprême des armées anglaises, le marquis de Granby, honoré par le roi George III pour services rendus en 1859. Granby est connue pour son zoo et son parc aquatique, ainsi que pour son titre de « Cité des parcs et du bien-être ».

 

            « Il nous est arrivé un truc de fous », comme dirait Sibylle : Un policier nous a indiqué la colline du Mont-Sacré Coeur où se situe un immense collège où nous pourrions demander à y planter la tente. Après une côte mémorable (surtout avec un chargement pareil) nous avons obtenu la permission d'installer le campement dans leur immense parc, très beau et très fleuri, et de nous baigner un peu, histoire d'être propres. Lorsque nous avons commencé à faire chauffer nos pâtes sur le butagaz, un vent d'orage s'est levé, et nous avons dû nous réfugier dans le petit hall d'entrée qui menait aux toilettes du collège, spécialement laissé ouvert pour nous. Soudain, alors que nos pâtes mijotaient, une femme arriva essouflée, presque affolée aussi, et s'exclama: « ah ! vous êtes là ! ». Mais nous ne la connaissions pas...  "mais si : je suis la femme du policier que vous avez rencontré cet après-midi à l'autre bout de la ville, venez dîner à la maison ! Je ne comprends pas pourquoi il ne vous a pas invitées, alors on s'est dit qu'on passerait voir si vous étiez bien arrivées ici... ». Et en moins d'une minute nous étions embarquées dans la voiture d'une femme que nous n'avions jamais vu pour aller dîner chez elle, et pour finir la soirée en compagnie de toute la famille autour d'une crème glacée ! Qui l'eût cru !

(Le parc du Mont Sacré-Coeur, avec notre tente en arrière-plan)

(André, le policier, et sa femme Nathalie qui ont rendu notre halte à Granby mémorable !)

          Je me rappelle avoir assez bien dormi sous les arbres du parc, et réveillée très matinalement par les corneilles qui devaient répéter un concert... La piste cyclable du lendemain fut particulièrement appréciée du fait de son revêtement d'asphalte, du moins durant les 20 premiers kilomètres, la suite fut mémorable et peut se résumer par le nom du circuit : la Montagnarde ! C'est ainsi que, épuisées par les enchaînements de côtes, nous sommes arrivées dans une bourgade inconnue de la plupart des québécois, Stukely Sud, où nous avons résidé sur un carré de terrain qui nous séparait du « magasin général » par la 112 où toutes les voitures roulent à toute allure mais ralentissent, étonnées par notre campement...      

(un aspect encore sympa de la « Montagnarde » !)

(Le fameux Magasin Général de Stukely Sud, bourgade que personne ne connaît, vu depuis le carré de terrain où nous avons élu domicile)

 

Avant que la piste ne commence à être capricieuse, nous avons fait notre pause pique-nique dans la petite ville de Waterloo (un peu plus de 4000 habitants), dont le centre est particulièrement pittoresque comparé aux autres municipalités traversées, de style victorien, et attirant les touristes. D’ailleurs, l’une des dynamiques reconnues de Waterloo s’explique par son rôle de carrefour entre plusieurs grands circuits cyclistes plus ou moins difficiles et de centres d’intérêt différents, où se rencontrent par conséquent des personnes de toutes les origines.

Partager cet article

Repost 0
Published by aurore-didi - dans L'Aventure Québécoise
commenter cet article

commentaires

Charlotte 12/12/2006 10:56

C'est quoi, c'est où L'Estrie ?