Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIENS

 

MERAKERALA

blog bilingue sur les cultures et la vie quotidienne du sud de l'Inde

 

AURORESTAIGER.COM

mon site pro !

LES VOYAGES DE GEOTROTTER

 

> NEW DELHI

> AMRITSAR

> DARAMSALA

> ISTANBUL

> LA RÉUNION

> CROATIE

> AUVERGNE

14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 15:53

 

 

            Durant une semaine environ, nous avons longé le Saint-Laurent sur la rive nord via la route 138, qui retrace le « chemin du Roy », considéré comme un parcours culturel et mis en valeur pour les touristes. Nous étions alors dans la région de Québec, puis en Mauricie.

 

 

 

 

 

 

 

 

           Il n'y a eu aucune difficulté majeure car nous étions en avance dans le planning, ce qui nous a permis de prendre notre temps, d'autant plus que le paysage était globalement plat. C'est simplement en sortant de la ville de Québec que quelques problèmes de fort dénivellé mêlé à des travaux de rénovation se sont posés. Nous nous sommes d'abord arrêtées à Saint-Augustin-de-Desmaures, où nous avons été accueillies par la cuisinière du presbytère, qui nous a permises de planter la tente chez elle . Le campement fut installé en bordure d'un immense champ, le décor changea complètement en l'espace de quelques heures ! La lumière était splendide et nous avons pu écrire un peu...Dans cette partie du Québec, les araignées tissent leur toile à toute vitesse : à peine nos vélos étaient posés qu'il fallait détacher les fils... Ce qui est amusant aussi, c'est de voir toutes les maisons donnant directement sur la route, il n'y a pas de petit chemin au Québec.

 

C'était un couple de cuisiniers, et ils nous ont gâtées ! Nous avons aussi fait la connaisance de leurs trois grands enfants, leur gendre et leur petite fille de six mois... 

 

 

 

 

 

 

 

            Ensuite, nous avions prévu de dormir à Grondines, où Christiane a demandé à l'un des nombreux frères d'un ami à elle de nous accueillir (ne cherchez pas à comprendre, c'est très simple !). Pour faire court, ce qui est intéressant à Grondines, c'est que le village a été déplacé un peu plus loin du bord du fleuve il y a environ un siècle et demi, à cause des graves inondations qu'il subissait. Il reste du vieux village l'emplacement de l'église (un terrain vague) et le moulin rénové mais sans les ailes. Maintenant, beaucoup de particuliers installent leur maison sur cet ancien emplacement, ce qui est amusant finalement, espérons qu'ils ne soient pas ennuyés par les dégâts des eaux !

 

 

 

 

 

 (le moulin à Grondines)

            Notre arrêt à Grondines fut haut en couleurs : la pluie commençait à tomber sévèrement en plus du vent et du froid, et nous n'avons pu constater que l'absence de tout commerce, notamment d'une épicerie qui aurait été fort utile... il faudra serrer un peu plus nos estomacs ! Celui qui devait nous recevoir était absent, il était parti à Québec avec sa femme... Nous avons mis la tente à l'arrière, et nous n'avons pu faire leur connaissance que le lendemain matin, autour d'un petit déjeuner qui dura jusqu'à midi, nous avons passé un agréable moment qui nous fit oublier la situation folklorique de la veille !

 

            A partir de Sainte-Anne, nous entrons en Mauricie... Le temps est ensoleillé, assez doux, l'accueil des plus agréables : à peine étions-nous entrées dans l'église pour visiter, que les cinq ou six hommes qui discutaient à l'intérieur s'exclamèrent : « ah ! voici les françaises à vélo ! »... Sacré René ! Pendant ces quatre jours, ce fut un souci mineur que de savoir où nous logerions !

 

 

 

 

 

 

 

 

 (la rivière Sainte-Anne et la cathédrale)

            L'étape Champlain, fut différente : personne pour nous renseigner à l'église ni au presbytère, au bureau de poste ou à l'hôtel de ville. Alors que j'optais pour le squattage de l'aire de repos pour les cyclistes assez bien aménagée, Sib préféra s'adresser à l'épicerie, ce qui fut une  bonne idée : l'employée vivait juste en face en traversant la rue, et nous pouvions planter la tente dans son jardin, et nous laver dans le petit local de l'épicerie...parfait !  

 

 

 

 

 

  (notre arrivée à Cap-de-la-Madeleine, avant Trois-Rivères, nous sommes désormais à mi-chemin entre Québec et Montréal !)

(notre étape à Champlain, avec un exemple assez flagrant de l’esprit bâtisseur des araignées du coin !) 
            Enfin pour notre séjour à Trois-Rivières, nous avons été reçues par les Soeurs de la Charité d'Ottawa, installée au Cap-de-la-Madeleine (juste avant Trois-Rivières) et plus pour longtemps : elles déménageaient et quittaient les lieux le même jour que nous partions vers Montréal ! Quelle chance !!!

 

 

 

 

             Pour en revenir à cette fabuleuse chaîne de relations, René puisqu'il se nomme ainsi, a téléphoné à tout Sainte-Anne-de-la-Pérade, l'étape suivante, il ne voulait pas nous laisser partir sans que l'on sache où nous dormirions ensuite. Finalement, c'est l'une de ses nombreuses nièces qui s'est occupée de nous.

(on est toujours mieux sous la tente que dehors !!!)

 

 

 

 

 (à Deschambault, juste avant Grondines)

(Sib sur le long quai de Portneuf)

(encore de nombreuses rencontres !!!)             A partir de cette étape, une véritable chaîne s'est organisée : Notre arrêt après Donnacona serait Portneuf, où vit la copine du plus jeune des enfants de Christiane, la cuisinière, copine chez qui nous avons pu installer la tente.

(Notre hôte Andrée de Saint-Augustin) 
          Le lendemain, nous avons tracé jusqu'à Donnacona, à la recherche du presbytère caché derrière l'église fermée. Sibylle s'est engouffrée dans le bâtiment, et je l'ai attendue longtemps... très longtemps ! Elle était tombée sur la secrétaire et lui expliqua que nous cherchions un endroit où dormir, celle-ci commença à appeler une religieuse, et cette dernière recommanda de s'adresser à la cuisinière (encore !). A peine a-t-elle fait la connaisance de Sib, qu'elle nous dit d'aller chez elle, nous pouvions nous installer dans son jardin, voire même nous servir dans son potager ! wah ! nous avons préféré attendre son retour sagement à l'ombre (quelle chaleur ce jour-là !)

Partager cet article

Repost 0
Published by aurore-didi - dans L'Aventure Québécoise
commenter cet article

commentaires