Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIENS

 

MERAKERALA

blog bilingue sur les cultures et la vie quotidienne du sud de l'Inde

 

AURORESTAIGER.COM

mon site pro !

LES VOYAGES DE GEOTROTTER

 

> NEW DELHI

> AMRITSAR

> DARAMSALA

> ISTANBUL

> LA RÉUNION

> CROATIE

> AUVERGNE

23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 18:55

Donc quand nous sommes arrivées, nous avons pu loger chez les dominicaines : c’est un très grand bâtiment à vocation d’accueillir les personnes très âgées, dont nous occupions une cellule au cinquième étage ; les vélos étaient stockés dans un couloir sombre du sous-sol...

Lors de notre étape, nous nous sommes renseignées sur la ville et ses politiques, dont je vous propose un résumé dans cet article…

            Ceux qui ne s’intéressent pas à l’aménagement du territoire, vous êtes autorisés à passer cet article.

Le nouveau visage de Québec :

Nous sommes allées  recueillir de nombreuses informations au centre d’interprétation de l’Hôtel de Ville, qui fait office de forum de l’urbanisme, et qui présente l’ensemble des politiques municipales et d’aménagements. L’exposition est présentée ainsi :

            « Le 1er janvier 2002, la ville de Québec, qui compte près de 400 ans d’histoire, se pare de nouveaux atours. Fruit d’une réforme municipale, la ville nouvelle englobe maintenant Québec et ses anciennes banlieues, couronnant un processus continu d’intégration et de développement. Québec, ville nouvelle mais riche d’histoire, mérite qu’on la fasse nôtre. Ses caractéristiques, ses arrondissements, ses lieux de culture et de patrimoine et ses défis… voilà quelques traits que l’on vous invite ici à découvrir… »

            A près tout, la connaissance d’une ville, outre la visite des lieux incontournables, passe aussi par la conscience de son évolution…

            Donc, depuis 2002, la ville est organisée en huit arrondissements, regroupant des milieux très différents, urbains ou ruraux : Beauport, Charlesbourg, La Cité, La Haute-Saint-Charles, Laurentien, Les Rivières, Limoilou, et Sainte-Foy–Sillery.

 

 

 

                   L’objectif de ces arrondissements est de « préserver ces diverses identités et d’offrir des services directs à la population ». Ceux-ci regroupent des quartiers démarqués ; par exemple, le cœur de la ville se situe autour du Cap Diamant, et est constitué de trois centres : l’arrondissement historique de Québec, la colline parlementaire et le quartier Saint-Roch.

Les aménagements :

            Dans cette exposition étaient expliqués les principaux projets d’aménagements au sein de la ville, de manière à ce que chaque citoyen puisse en comprendre le déroulement, l’utilité, et la vision des aménageurs à long terme.

- La renaturalisation de la rivière Saint-Charles (c'est le seul que l'on développe un peu ici):

 

 

 

 

 

«  la rivière prend sa source dans le lac Saint-Charles, et se jettes 30 km plus loin dans le fleuve Saint-Laurent. Elle coule au milieu d’un bassin riverain de 350 000 habitants, soit le plus peuplé du Québec après celui de la rivière Ouatouais. Malheureusement, la rivière Saint-Charles est très dégradée. Au Québec, elle est la plus dégradée en coliformes fécaux. La présence de cette pollution s’explique par les débordements d’égoûts qui surviennent directement dans la rivière lorsqu’il pleut. »

Il est prévu de construire des bassins de rétention d’eaux usées (d’une capacité d’au moins 100 000 m3), mais aussi de réaménager les berges de cette rivière à des fins de loisirs (pistes cyclables, espaces verts).

 

 

 

 ( le réseau unitaire d’égoûts)

 

 

 

 

  

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- La reconstitution de l’ilôt des Palais :

On y trouve parmi les édifices les plus prestigieux de la Nouvelle France, lorsque la France reignait sur une bonne partie de l’Amérique ; s’y administraient la justice, la finance et le commerce, c’était un lieu majeur d’activités et de pouvoir. Ce site s’est peu à peu ruiné depuis les bouleversements politiques et historiques, notamment l’invasion américaine de 1775. Depuis, des industries se sont implantées, et seules quelques fouilles archéologiques témoignent de ce riche passé. Depuis les années 1970, la ville rachète peu à peu la place, et, dans l’attente d’une mise en valeur digne, utilise les lieux à des fins municipales (services publics, casernes…), et y a placé un musée d’histoire et d’archéologie, ainsi que l’école de fouilles de l’Université Laval. Ce quartier est le plus délaissé de la vieille ville, et c’est à l’occasion du 400 ème anniversaire de Québec que sa revitalisation est programmée.

 

- La promenade Samuel-De-Champlain :

Le fleuve Saint-Laurent est devenu, malgré sa classe internationale, un lieu difficile d’accès. La baignade est interdite sur la plupart des portions du fleuve, et la promenades le long des berges sont quasiment impossibles. Le projet d’une promenade Samuel-De-Champlain prend ici un statut de démonstaration, à des fins de requalification de l’essentiel des bords du fleuve. L’objectif est de « redonner le fleuve aux Québécois », par l’aménagement d’une promenade sur la plage, la possiblilité de baignades, la mise à l’eau de kayaks ou de canots à glace, l’observation des oiseaux migrateurs, la pêche, les excursions en voilier, ou à vélo. Ce projet représente une requalification des berges sur une distance de 12 km, et implique un élargissement du boulevard Champlain, « coincé » entre la falaise et le fleuve ; il mettrait en valeur plusieurs facettes de la villes de Québec, à savoir un paysage d’abord urbain, mais aussi portuaire, résidentiel, champêtre ou maritime. Dans chacune de ces « ambiances », différents critères sont mis en avant et seront travaillés : il s’agit de la topographie des lieux, mais aussi de l’ocupation du sol, du tracé et de la géométrie du boulevard, de la qualité et de la densité de la couverture végétale, de la configuration et de l’inclinaison de la pente et de la falaise, et des terrains disponibles et vacants. Une multitude d’enjeux viennent approuver ce projet. Cependant, quelques difficultés surviennent, comme l’absence d’un plan directeur de protection et de mise en valeur des espace verts de la ville de Québec, ou encore l’inter-municipalité du projet, des interventions privées, des intérêts contradictoires ou des malentendus entre les différents responsables(pour resituer les berges du Saint-Laurent au sein de la ville de Québec…(sur le boulevard Champlain : cette photo prise depuis la piste cyclable (eh oui !) montre bien que le peu de constructions est coincé entre la zone plane occupée par la route, et la falaise, derrière laquelle se situent les quartiers résidentiels de la ville. La défi du projet de la promenade Samuel-De-Champlain serait de gagner de cet espace constructible rare, en empiétant sur le Saint-Laurent, et en diminuant si possible le dénivelé en certains endroits)

 (le fonctionnement des bassins de rétention d’eaux usées)

 

 

 

 

      Difficile de résumer cette double étape…  Entre notre séjour en lui-même, les visites, les spécificités de la ville, ses touristes, ses projets d’aménagements ou la fête des la Nouvelle France (que nous avons ratée de peu d’ailleurs…). Le mieux serait de vous donner notre seul aperçu : vous trouverez facilement le reste sur le site de la ville ou sur le portail touristique de la région de Québec., ou encore le guide des musées de la ville.

Partager cet article

Repost 0
Published by aurore-didi - dans La Géographie
commenter cet article

commentaires

Charlotte 25/10/2006 13:50

Il est super ton article Aurore-chan ! J'ai tout compris !!!
En plus, c'est très intéressant ! Continue comme ça !