Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIENS

 

MERAKERALA

blog bilingue sur les cultures et la vie quotidienne du sud de l'Inde

 

AURORESTAIGER.COM

mon site pro !

LES VOYAGES DE GEOTROTTER

 

> NEW DELHI

> AMRITSAR

> DARAMSALA

> ISTANBUL

> LA RÉUNION

> CROATIE

> AUVERGNE

13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 18:18

 (de Pierreville à Yamaska) 
     Alors que nous quittions Marc, sa cabane, ses deux chats, ses sept poules et la foule de moustiques adorateurs de ma modeste personne, celui-ci nous conseilla d’emprunter des chemins reculés de la campagne québécoise… 
       Nous avons donc établi un itinéraire pour les deux jours à venir…

          Au lieu de revenir vers Saint-François-du-Lac (à trois kilomètres au nord), nous poursuivrons vers le sud afin de couper à travers les rangs jusqu’à Yamaska.

         J’explique vite : les région du Québec qui bordent le Saint-Laurent sont généralement traversées par une route principale qui longe le fleuve (c’est normal, c’est l’axe majeur de la province). Les voies secondaires partent perpendiculairement vers l’intérieur des terres ; celles-ci sont reliées entre elles par des petites routes rurales que l’on nomme « rangs », et qui constituent les parallèles à la principale de départ. Ces rangs sont numérotés selon un ordre d’éloignement par rapport à la route principale, ou portent des noms caractéristiques du paysage local ou de l’histoire.  

 

         Nous en avons profité pour pédaler côte à côte, sans le stress d’un chauffard… Le calme de ces petites routes est particulièrement agréable… Seules quelques maisons viennent ponctuer un paysage plat, essentiellement contitué de champs de maïs et de forêts (sans ours !). Juste avant Saint-David, nous avons dû passer sur le chantier de rénovation de la route : alors que nous répondons aux nombreuses questions des gars du chantier, nous avançons sur le goudron gluant  étalé avec de grosses machines : les semelles de mes baskets adorées sont à moitié parties, en poussant à chaque pas un cri insoutenable !
     
( Arrivée à yamaska...)
     
Ce doit être à la mode de casser les routes au Québec : TOUTE les voie étaient écorchées vives, exactement comme à Saint-Jean, sur l’île d’Orléans. De plus, la ville était occupée par une armée d’engins de guerre : pelleteuses, machines–à-faire-des-trous, machines-à-faire-du-bruit, quelques camions aussi… enfin bref… la ville semblait uniquement concentrée sur ces travaux d’intérêt général : je crois qu’il s’agissait de la rénovation de toutes les canalisations d’eau.

Et quel investissement de la part de chacun! Par exemple, l’une de ces grosses machines a, devant nos yeux, littéralement arraché sur son passage la pelouse verdoyante et quasi-parfaite de l’un des riverains ; lorsqu’on en a touché deux mots à la mairie ( pas pour polémiquer, simplement en passant dans la conversation), l'employé a rétorqué « c’est correct… ». Les Québécois m’étonneront toujours ! en France, il y aurait eu une dispute pour moins que ça… c’est une autre culture.  

 

 

  
A côté de l’église, il y avait une grande maison jaune envahie de personnes, assez âgées pour la plupart
. Cette assemblée organisait un déjeuner « blé-d’Inde à volonté ! ». Tant qu’à faire, puisqu’il n’y avait personne au presbytère, autant aller nous renseigner chez eux…

 (Yamaska, son pont, ses bulldozers...)     

         Et bien cette même maison appartient à la municiplalité ! La bâtisse est mise à disposition de toutes les manifestations, mais aussi des pèlerins de passage… la mairie nous a gracieusement ouvert les locaux pour y passer la nuit.

 

(la fameuse maison jaune, à la fin de la fête : il ne reste plus qu’une voiture)

 

Nous nous sommes simplement installées sur le parvis de l’église pendant quatre heures, pour écrire un peu et faire une sieste, en attendant que la fête se termine et qu’un employé de la ville vienne nous ouvrir. 

 

          Ce fut la première fois de ma vie que je dormais sur les tables d’une salle municipale (Sibylle aussi d’ailleurs), et si vous vous posez la question : oui : on dort très bien sur une table !

  Nous sommes assez vite parties le lendemain, direction Sorel toujours selon les indications de Marc, sans qui nous n’aurions jamais retrouvé la piste cyclable, et où nous sommes sensées retrouver son petit frère Luc, marié et père de quatre enfants. Sorel est l’une des villes les plus importantes de notre itinéraire, située à l’estuaire de la rivière Richelieu sur le Saint-Laurent.        
        Après cette étape particulièrement instructive, et avoir fait un petit tour sur les rives du Saint-Laurent que nous ne voyons plus depuis Trois-Rivières (enfin à ce niveau, nous étions sur le bord du lac Saint-Pierre, là où le Saint-Laurent est le plus large et le moins profond : entre un et trois mètres en dehors du chenal d’environ 11 mètres)… enfin après tout ça, nous nous sommes dirigées vers la maison de Luc… Ce qui est amusant, c’est qu'il paraissait un peu timide au départ (l'opposé de son frère), et il le reconnaissait, mais il s’est très vite mis à « jaser » avec nous pendant une bonne partie de la soirée.

       

         En tant qu’expertes dans le « test confort » des pelouses québécoises privées , il n’y a rien à redire… par contre, j’ai eu très froid, sachant que j’avais enfilé mes vêtements les plus chauds dans mon sac de couchage ne laissant dépasser que le bout de mon nez.

         Sorel passée, il ne nous restait plus qu’à avancer en ligne droite vers Montréal, où nous arriverions d’ici quatre jours… déjà !

                         (de Yamaska à Sorel)

  (l’office du tourisme : arrêt obligé !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Là- bas, après un arrêt « pillage de prospectus » à l’office du tourisme, nous sommes allées visiter le centre d’interprétation du patrimoine, qui accueille l’exposition sur la préservation de l’archipel des îles de Sorel, et des milieux humides en général.Enfin pour plus de détails sur la protection des milieux humides, je vous renvoie à l’article qui y est consacré (dans la catégorie « géographie » du blog)…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aurore-didi - dans L'Aventure Québécoise
commenter cet article

commentaires