Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIENS

 

MERAKERALA

blog bilingue sur les cultures et la vie quotidienne du sud de l'Inde

 

AURORESTAIGER.COM

mon site pro !

LES VOYAGES DE GEOTROTTER

 

> NEW DELHI

> AMRITSAR

> DARAMSALA

> ISTANBUL

> LA RÉUNION

> CROATIE

> AUVERGNE

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 18:12

Voyager, c’est communiquer. Et, bien que le Québec soit francophone, le parler local a particulièrement contribué à notre dépaysement…    Vous connaissez sans doute les expressions les plus répandues (un « char », une « blonde »,« Frânchement »… « tabernacle » !), mais je doute que vous sachiez les mots les plus répandus…à moins que vous ayez séjourné chez nos cousins outre-Atlantique, et dans ce cas, je vous propose de compléter cet article par ce que vous avez eu l’occasion d’éntendre.
      Certaines expressions issues de l’ancien français ont perduré, je vous donne l’exemple le plus présent dans le quotidien québécois : un français organise ses repas en petit déjeuner, déjeuner et dîner (ou souper), alors qu’un Québécois connaît l’ordre de déjeuner, dîner, souper. Il fallait toujours que nous précisions dans les conversations de quel repas il s’agissait, tant pour nos interlocuteurs locaux que pour nous-mêmes !

L’anglais dans la langue québécoise :Nous nous sommes rendues compte à force d’écouter nos hôtes que la langue québécoise est le fruit du mariage entre l’ancien français, celui des colons, et la langue des voisins du sud et de l’ouest de la province : l’anglais. Ce qui est amusant, c’est que la grande majorité des Québécois revendiquent la défense de leur langue chérie (notamment sur les panneaux « arrêt » du code de la route), et s’inquiètent de la présence croissante d’anglicismes en France : d’après eux, il est étonnant que des Français utilisent les mots de «parking »(«parc de stationnement » en québécois), ou de «shopping » (« magasinage »)… pourtant, ils ne se privent pas d’employer à tout bout de champ un mot anglais, par exemple :
- Montre-moi ta map (ta carte)
- c’est le fun !
- bonne run !
- vous faites une sacrée ride ! (rando)
- vous avez vos sleeping-bags ? 
        
…j’en passe… et j’ai la nette impression que les québécois ont la chance de pouvoir disposer librement des deux langues pour s’exprimer ! Dans le même genre, j’ai appris quelques noms par des amis de Montréal, utilisés plus fréquemment qu’en français (merci Francis) :
- muffler : pôt d’échappement
- bumper : pare-choc
- dash : tableau de bord
- windchill : pare-brise
- brake à bras (de « brake » : frein) : frein à main.

Les expressions les plus courantes :
C’est simple : même nous, à force de les entendre, nous les utilisons !
A tantôt : à plus tard
C’est correct : celle-là, nous ne sommes pas prètes de l’oublier !
C’est beau (c’est bien)
Ça n’a pas d’allure, ça n’a pas de bon sens
Jaser 
: converser
J’ai gâché votre affaire ?
: je vous ai gêné ?
Se chicaner : se disputer
Vous êtes bonnes : en référence au parcours en vélo.
Etre dans la misère : dans une sale situation.
Bonjour, bienvenue : c’est ce que l’on nous répond lorsque nous disons : « au revoir, merci » !
C’est de tout beauté
A beutôt (bientôt)
Etre mal prise 
: les personnes que nous rencontrions voulaient nous laisser leurs coordonnées au cas où nous soyons « mal prises ».

Côté pratique, et plus largement
Lumière : c’est le feu rouge…..pas le réverbère ! alors attention quant on vous indique de tourner à droite après la troisième lumière !
Bicycle : le mot « vélo » n’est quasiment jamais employé.
Bicycle à gaz : une moto
Charrue : châsse-neige
Camion à flèche : nacelle
Char : voiture.
barrer : verrouiller
Les bibites (sales petites bêtes), les maringouins…
Saut de pouce (ou voyager sur le pouce) : faire du stop.
Avoir de l’ampleur : être gros.
Déplacer de l’air : pour désigner la présence d’une personne, mais aussi tout simplement pour montrer la force créée par les gros camions, et qui manquait de peu de nous faire perdre l’équilibre.
Sirop de poteau : vous la connaissez, c’est le mauvais sirop d’érable.
Rôties : ce sont les toasts du petit déjeuner.
blonde, chum, douce : p’tit(e) ami(e)
chum : désigne plus généralement les potes, les copains.
Boisson : alcool
Bec : bisou
Centre d’interprétation : un petit musée
Dollarama : concept génial du bazar où tout est vendu à un dollar.
Etablissement licencié (permis de vente d’alcool)
Frais virés : PCV, charges renversées
Liqueur douce : boisson gazeuse sans alcool
Débarbouillette : gant de toilette (sauf que là-bas, c’est une petite serviette)
Salle de bains : WC
Vente : solde
Vente de garage : vide-grenier
Poser : photographier
Dormir dans la chaleur : être au chaud
Une brassière (soutien-gorge)

Vraiment recherché…
Passer la nuit sur la corde à linge : mal dormir
Tire-toi une bûche : prends une chaise (et installe-toi parmi nous !)
Attache ta tuque avec ta broche , ça va brosser : fixe ton chapeau, il va y avoir du vent.
Chauffer dans la noirceur : conduire de nuit
Il pleuvait à boire debout. Il pleuvait des clous. Il pleut à seaux : beaucoup !
Y passer dans l’hiver : mourir

Plus familier
Tabernouche, taberouët : « tabernacle » (oups ! excusez-moi) est un très très très vilain mot ! alors on utilise ses dérivées pour adoucir un peu, histoire de ne pas choquer les oreilles sensibles, et d’éviter de donner le mauvais exemple à la jeune génération !
C’est pissant (hilarant)
Niaiseuse : c’est pareil qu’en français, sauf qu’on l’utilise beaucoup plus !
Chialeuse : râleuse.
Un twit, un deux de pic, un deux watts, un cave, un épais : un idiot.
Ça se magane (dispute, devient difficile)
ya de la chicane (des disputes)
Se prendre une brosse, virer une brosse : se prendre une baffe !
Un cotton watté : un pull.
Charrue (châsse-neige) : c'est une injure aussi!
Ton chien est mort : laisse tomber
Un chien sale : un crade
Un méchant pétard : un beau gosse
Un pêteux de brou,  Il va pêter dans les fleurs: un snob

Au Nouveau-Brunswick : nous en avons appris d’autres ! et apparemment, les habitants du N-B sont difficiles à comprendre non seulement à cause de leurs expressions, mais surtout du fait de leur accent très prononcé. Notamment :
espére-moué dans le coin
 : attends-moi là.

Partager cet article

Repost 0
Published by aurore-didi - dans Purement Québécois!
commenter cet article

commentaires

Geneviève 27/09/2007 04:18

Réjouie de découvrier votre site. Amusant de voir les notes que vous avez prises, sur nos expressions! Corrections mineures: - on dit "faire du pouce" ou "voyager sur le pouce" -- jamais je n'ai entendu "un saut de pouce" (on dit 'saut de puce', mais c'est autre chose)- "déplacer de l'air": désigne une personne qui est très dynamique, fonceuse, qui accomplit beaucoup de choses- on dit, et écrit "coton ouaté", puisque l'envers est doux comme de la ouate....- "méchant pétard" s'applique autant aux belles filles qu'aux beaux gosses (d'ailleurs, parlant de gosses ... ...ici le mot ne désifne pas les enfants ...)- "péteux de broue": en fait l'expression désigne une personne qui raconte n'importe quoi, qui enjolive, qui "en met" trop, à l'évidence, lorsqu'elle raconte. Un vendeur de voitures, typiquement, pète de la broue...Il est parfois confondant de discuter avec des NéoBrunswickois: pour eux, "plancher" désigne le plafond, alors que "la place" désigne le plancher (vous dites que vous avez passé 2 hres à nettoyer les planchers, et on vous dira: "Tu dois avoir mal dans le cou?"...), une "cravate" est un foulard, etc etc : )

Charlotte 25/12/2006 17:49

Jsuis complètement fan ! faut que je les retienne !!!!! cet article va devenir une référence du net^^